Hacked By Yuriz MA
Accueil du site > r2 > 13. Scène 13.

13. Scène 13.

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Scène 13.

Soudain du milieu de la fête, une voix s’écrie :

— Silence ! Silence s’il vous plaît ! Charlie se propose de vous montrer tout son talent dans un petit spectacle tout à notre intention. Lumière siou plaît !

Ovations. Pendant que l’on déménage une nouvelle estrade et qu’on installe des chaises, Rob, chef de plateau, remonte alors au bureau de surveillance pour éteindre toutes les lumières, ne laissant que la petite flaque d’un projecteur.

Charlie entre en scène pour mimer : Charlot, chef de rayon.

C’est une parenthèse, un temps d’arrêt au coeur de la fête, un temps de poésie éthérée, qui naît et se meut comme une étoile filante.

A la fin de cette évocation du film de Chaplin, rentre en scène un petit groupe de danseurs de claquettes, tous habillés en Charlot et qui entament en choeur : Chantons sur le muet.


- Télécharger la partition pdf

- Télécharger le fichier Midi


Sortons melons, cannes et canotiers

Faisons les jambes arquées

Et courons donc comme des dératés

Comme au temps du muet.

Régalons-nous des tartes à la crème

Oh ! pas de chrysanthèmes

Les crocs-en-jam be, c’est ce que j’aime

Pour fêter un baptême.

Dans le cinéma de ces années folles

On s’passait de paroles

On pouvait chanter comme une cass’role

Y’avait pas de bémols.

Mais... Pour ce qui est de l’acrobatie

Il fallait du génie,

Pour étonner par quelques pirouettes

Fallait s’casser la tête.

Et...

Vivre sa vie pour que les gens rient

C’était se croire au paradis

Avec des histoires à perdre la tête

Bon dieu ! que c’était chouette.

----------------------------------

Pas la peine d’en parler

Il suffit de chanter

La la la la la la

Pas la peine d’en parler

La la la la la la la

Chantons sur le muet.

----------------------------------

’Ttention les gags, les gars d’la farine

Ne faites pas cette mine

Voyez monsieur l’agent qui fulmine

Les yeux dans les narines.

A ce tempo tout est rigolo

Quel sacré numéro !

Prends la photo de la Torpédo

Quand elle se jette à l’eau.

Dans les salles de ces années là

Y’avait des Pianola

Le pianiste pouvait taper comme un sourd

Mais jamais à la bourre.

Oh...

Comme ces p’tits pains au bout d’une fourchette

Ont fait rire plus d’une midinette

On savait danser, à la Belle Epoque

Sur autre chose que du toc.

Et...

Pour séduire les femmes, autant faire l’âne

Et avoir un peu d’son, madame

Si je vous blase mettez plein gaz

Dans la musique de jazz.

----------------------------------

Pas la peine d’en parler

Pour rentrer dans la fête

Il suffit des claquettes

Pas la peine d’en parler

Il suffit de danser

Dansons sur le muet.

----------------------------------

Dans la vie de ces années d’or

On partait dans l’décor

Il fallait hé ! hé ! avoir du ressort

A réveiller les morts.

Mais...

L’arroseur qui se fait arroser

Il fallait y penser

Pas de bagarres sans rire aux éclats

C’est tout de même sympa.

Oh...

Mister Chaplin quelles sacrées bobines

Buster Keaton je me bidonne

Laurel et Hardy c’est d’la folie

Max Sennett c’est la fête.

Et...

Pour les Marx Brothers plus vite tu meurs

Harry Langdon oui tu déconnes

Pour les peines de coeur, de quoi rester coi

De quoi rester muet.

----------------------------------

Pas la peine d’en parler

Il suffit de chanter

La la la la, la, la,

Pas la peine d’en parler

La la la la la la la

Mieux vaut rester muet.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette

Creative Commons License
Sur ce site, les écrits,les partitions et les fichiers sonores dérivés sont sous license:
(On this site, writings,sheet music and derivated audiofiles are licensed under a:)
Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 License
Seul le Puzzle du Batteur est sous licence GPLv3 or later.
Only the Drummer's "Gigsaw" is under GPLv3 or later License. (http://www.gnu.org/licenses/)